Dialogues Intercommunautaires pour une Afrique Centrale pacifiée !

Volcan Nyiragongo: L’évacuation de la population de Goma, un témoignage touchant
mai 28, 2021
Atelier DE SUIVI SUR LA « COMMUNICATION NON VIOLENTE »à la DNE-EEC.
juin 25, 2021

Dialogues Intercommunautaires pour une Afrique Centrale pacifiée !

La ville de Maroua a accueilli du 09 au 11 juin 2021, la caravane des dialogues intercommunautaires du Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique Centrale (REDHAC). Il s’agit d’une suite logique après Douala, Bamenda, Buea, Dschang, Nkongsamba, Bafoussam. C’est lors de son 10ème anniversaire et de son assemblée générale du 19 novembre 2019, que le REDHAC, conscient des différentes crises sociopolitiques que connaissent actuellement les pays de la sous-région, a décidé d’inscrire la paix et la sécurité comme activités phares.

Les dialogues intercommunautaires s’organisent soit dans des zones connaissant des crises sécuritaires ou les zones limitrophes. Il peut compter jusqu’à 50 participant(e)s de différents statuts sociales (OSC, autorités administratives, religieuses, traditionnelles, universitaires, journalistes, jeunes filles et femmes (urbaines, rurales, déplacées internes, etc…). 

L’objectif général de cette activité est de mobiliser et sensibiliser les différentes parties prenantes afin qu’ils/elles soient au centre des processus de prévention et de résolution des conflits, de consolidation de la paix et de réconciliation nationale. Dans le cas échant, l’accent est mis sur l’engagement des femmes et jeunes filles défenseures pour la résolution des conflits violents.  Les résultats quant à eux sont :

  1. Faire un inventaire des enjeux sociopolitiques et sécuritaires dans les 10 régions du Cameroun et faire des recommandations concrètes à travers les témoignages des victimes et autres acteurs. Ils seront sanctionnés par une déclaration finale ;
  2. Des clubs de paix sont mis en place au niveau des communautés et contribueront à véhiculer des messages de paix auprès des autorités administratives, religieuses et traditionnelles et des communautés sans discrimination.

Le dialogue intercommunautaire se déroule généralement en deux grandes phases.

  • La première est celle du partage d’expériences ici, les participant(e)s venant des zones en crises et celles limitrophes racontent leur vécu des conflits. De ces interventions chargées d’émotions ressortent toute la souffrance et les réalités vécues par les victimes et survivant(e)s chacun(e) dans sa localité.
  • Ensuite vient le travail de groupe. Des thématiques leurs sont attribuées qui questionnent la collaboration des populations avec les autorités administratives, religieuses et traditionnelles, les forces de sécurité et de défense en vue de la prévention et résolution pacifique des conflits, de la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale à la suite de quoi une restitution est faite. Il faut préciser qu’à la fin de chaque dialogue, une déclaration finale est adoptée contenant toutes les recommandations faites par les participant(e)s lors du travail de groupe et du partage d’expériences. Chaque dialogue bénéficie d’une large couverture médiatique à la fois sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels.

A l’issue de dernier dialogue, nous avons ainsi recensé entre autres recommandations :

  1. Ayant compris le rôle que les femmes et les jeunes filles peuvent jouer pour la paix, les participant(e)s s’engagent à devenir des ambassadeurs/drices de paix et de mobiliser toute leur communauté pour la paix en insistant sur la nécessité que cet élan soit porté par les femmes.
  2. Un plaidoyer doit être fait pour un cessez le feu immédiat et l’ouverture d’un dialogue inclusif entre les autorités et les acteurs des crises.
  3. La mutualisation entre les forces politiques, religieuses, traditionnelles et communautaires dans la recherche des solutions
  4. Insister sur la nécessité de mettre l’accent sur l’aspect citoyenneté et droit de l’homme dans la formation des forces de sécurité.
  5. La mise en place des clubs de paix dans les communautés afin qu’ils portent le message de la paix dans nos communautés.
  6. La mobilisation des acteurs pour la mise en place d’une commission justice vérité et réconciliation pour les bases d’une paix durable.

 En somme, les dialogues intercommunautaires initiés par le REDHAC sont de véritables plateformes d’échanges pour les acteurs du changement et de la consolidation de la paix au Cameroun et en Afrique Centrale. Ils contribuent à la mise sur pied de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, également proposée par le REDHAC comme solution efficace et pacifique de prévention et résolution efficace des conflits, commission qui tracera une voie à la stabilité politique, sociale et au développement durable dans la sous-région. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *