Sur la vague d’expulsions de populations en Angola et en RDC

20 au 25 Octobre 2008
septembre 11, 2017
Un échange entre l’Est de la RDC et la Casamance/Sénégal 2ème partie
septembre 11, 2017

Sur la vague d’expulsions de populations en Angola et en RDC

Aux malheureux évènements d’expulsion massive de citoyens d’origine congolaise de l’Angola vient maintenant se rajouter après décision du gouvernement congolais l’expulsion massive de citoyens d’origine angolaise vivant au Congo. L’Eglise du Christ au Congo Bas-Congo constate que ces évènements ont des répercussions graves sur la vie des populations des deux côtés de la frontière congolo-angolaise. Ceci est d’autant plus regrettable que ces populations aux racines communes, avec la même culture vivent depuis longtemps dans une entente pacifique.

Ces mesures concernent des dizaines de milliers de personnes. Des citoyens paisibles et dont une grande partie vit et travaille légalement-pour certains depuis plus de 30 ans respectivement en RDC et en Angola-sont arrachés à leurs activités, leurs écoles, leurs centres d’apprentissage. Cela aura des répercussions terribles sur la vie sociale et économique de la sous région. Le fonctionnement des services se trouve perturbé. A Kimpangu par exemple, l’hôpital est déserté du fait que la majeure partie du personnel est originaire de l’Angola.

Dans toutes les zones frontalières, un grand nombre de paysans ont été obligés de quitter leurs champs parce qu’ils sont d’origine angolaise. Cela aura des répercussions terribles sur la sécurité alimentaire de la sous région. La sucrière de Kwilu-Ngongo dont 836 employés sont affectés par l’expulsion a négocié un moratoire pour le temps de la campagne de production de sucre. Dans les cimenteries de Kimpese et de Lukala, des cadres et des ouvriers (80 à la CINAT) ont été expulsés.

Les couples mixtes sont déchirés, les conjoints angolais sont forcés à quitter femmes et enfants, les conjointes angolaises sont contraintes d’abandonner leurs maris. Beaucoup de ressortissants angolais pris de peur, ont préféré prendre le chemin de la frontière à pied pour éviter d’être expulsés de leurs maisons et conduits aux points de rassemblement.

La peur et la méfiance s’installent entre les populations des deux côtés de la frontière. Au Bas-Congo, le phénomène d’exclusion de l’autre déjà fortement attisé il y a quelques années refait surface, cette fois-ci légitimité par des décisions officielles et amplifié par le désir de vengeance suscité par des témoignages et des rumeurs sur des violences contre des Congolais en Angola.

Au vu de cette situation, l’Eglise du Christ au Congo Bas-Congo (ECC) appelle le peuple de Dieu à la sagesse d’En-Haut.

Jacques 3.17 : « La sagesse d’En-Haut est premièrement pure, pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie »

Nous sommes convaincus par expérience qu’à moyen et long terme la violence appelant la violence, cette voie va jeter nos peuples dans une spirale destructrice. Il est donc urgent d’employer des voies pacifiques et constructives et de rappeler ce qui nous unit au lieu de mettre en avant ce qui nous divise en particulier en ces périodes pré-électorales. Il est d’autant plus important de veiller de part et d’autre à la régularisation des situations des populations dans leurs lieux de résidence.

Avec nos Eglises-sœurs de l’Angola, nous nous engageons à travailler ensemble à un développement pacifique et solidaire pour toute la région. Nous demandons que les gouvernants des deux pays s’engagent à :

  • Faire respecter les droits humains conformément à la déclaration universelle des droits de l’homme, ainsi que des droits et pratiques de la diplomatie internationale.
  • Amorcer un dialogue sincère et constructif afin de garantir la stabilité de la sous-région.

Nous prônons l’ouverture au monde et nous ne sommes pas prêts à sacrifier nos racines communes porteuses d’avenir.

Fait à Matadi, le 8 octobre 2009
Pour la Commission Justice –Paix-Sauvegarde de la Création, ECC/Bas-Congo
Monseigneur Paul Tekasala Mawa
Président Provincial
Pasteur Fidèle Muanda Mikiama
Sécrétaire Exécutif Provincial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *