Le théâtre pour la paix : un nouvel outil d’animation (CIPCRE)
décembre 31, 2017
‘‘Le rôle de la jeunesse dans la lutte contre les manipulations dans les crises socio politiques de la Sous-région des Grands Lacs’’
décembre 31, 2017

Causerie éducative sur l’engagement du service civil pour la paix au Cameroun

Initiatives des membres au Cameroun


THEME DE LA JOURNEE : Education pour la paix

Dans le cadre de la célébration de la journée international pour la paix qui a lieu le 21 Septembre de chaque année, le DUFC a organisé une causerie éducative dans la paroisse de Bonamoudourou, dans la région du Wouri nord et sud ouest.

RAPPEL DES OBJECTIFS

L’objectif de cette activité était de saisir l’occasion de cette journée de plaidoyer pour réfléchir sur la paix et ensuite prier pour que les élections qui se préparent au Cameroun se déroulent dans la paix.

METHOLOGIE DE TRAVAIL

Il s’agissait pour nous de causer, partager autour du thème, le contextualiser par un regard sur le vivre ensemble pacifique des différends groupes sociologiques qui composent le DUFC. Facilitée par la Présidente Nationale, Mme Mbatchou Henriette, elle ouvre la séance par une prière suivie de la lecture du psaume …….., texte biblique qui cadre bien avec cette journée , car nous montre la colère de Dieu sur………

Elle explique la genèse de la journée internationale pour la paix, qui est une émanation des nombreuses réflexions des Nations Unies sur la situation sociale du monde.

En effet, cette institution, ayant remarqué une recrudescence des conflits dans le monde ; inter pays et inter peuples, a décidé depuis l’année 2001 de consacrer la journée du 21 Septembre à la paix. C’est une journée de plaidoyer ou toutes les populations du monde doivent s’arrêter pour réfléchir sur la problématique de paix. Le travail du DUFC a pour fondement l’amour et la paix, cette causerie éducative se situe donc dans le cadre des activités organisées par les membres du réseau SCP Cameroun.

DEFINITION DES CONCEPTS

A travers un brainstorming, les participants vont définir les mots éducation et paix.

EDUCATION  :

  • Enseigner, former, transmettre les connaissances.
  • Enseigner les règles de bienséance, le faire savoir à la population.
  • Transmettre le savoir, montrer l’exemple.
  • Vivre l’éthique, parler et mettre en pratique.

La facilitatrice utilisera ces définitions pour résumer ce qui ressort du mot éducation. Il y a des mots, groupes de mots et d’actions qui sont de véritables vecteurs d’éducation. L’agir éduque, car la façon dont on fait, marche, interpelle et peut amener à changer. Eduquer à notre niveau c’est le dire, le faire et le vivre et le faire savoir. Ce que nous faisons dans le cadre de cette causerie est une éducation très forte car elle fait murir, elle éduque.

 

Paix

Absence de guerre, vivre en harmonie, la solidarité, la tranquillité, le partage, la justice, bonnes relations interpersonnelles.

  • L’amour, la réconciliation, le pardon, la tolérance, l’humilité, l’équité.
  • L’entente, le soutien mutuel, le calme, la compassion, la douceur.
  • Le sourire, la charité, le silence, la maitrise de soi, la vérité. Tous ces mots, affirment la facilitatrice sont liés aux questions de paix. Elle donne ensuite un exercice : utiliser les définitions des deux mots pour en former une phrase.

Les participantes formeront plusieurs phrases à savoir :

  • Cultiver le dialogue pour l’entente
  • Transmettre des connaissances pour une meilleure justice sociale
  • Enseigner à vivre en harmonie pour stopper les guerres
  • Une parole douce pour calmer les humeurs
  • Un sourire pour détendre l’atmosphère
  • Comportement chrétien pour le salut de l’âme
  • Respect de l’éthique pour mieux vivre
  • Reconstruire les circonstances pour le pardon
  • Formation pour une vie harmonieuse dans le groupe
  • Ensemble, aimons-nous pour empêcher la guerre.
  • Pratiquer la tolérance pour un vivre ensemble pacifique dans le groupe
  • Je dis, je fais, pour le bien de tous

Cet exercice nous introduit dans la question de paix dans le DUFC.

Comment les différents groupes sociologiques du mouvement doivent ils faire pour vivre en paix ?

Les tribus servent à définir notre identité, reconnais la facilitatrice, mais nous exploitons ce qui nous différencie, oubliant que ce qui nous unit est une grande richesse. C’est parce que nous avons choisit Christ que nous sommes enfants de Dieu, femmes chrétiennes ; c’est cela l’essentiel qui nous unit. Pour cela, les réalités tribales ne doivent pas nous conditionner, mais développons plutôt les forces que nous avons en Jésus Christ pour avancer ensemble dans la l’amour et la paix.

Les regards croisés des participants donnent les résultats suivants/

  • Pour vivre dans la paix, nous devons mettre l’accent sur le dénominateur commun qui nous unit : servir Christ Reconnaitre cela et dès lors que nous avons cette compréhension, regarder ce qui nous unit pour servir.
  • La diversité nous divise et pour en venir à l’unité, chacune doit oublier d’où elle vient pour ne servir que Christ et dans l’humilité.
  • Pour vivre en paix dans le DUFC, chacune doit être considéré comme créature de Dieu, être accepter avec toute sa difference pour ne voir que Christ en l’autre ; alors nous aurons un même but, un même objectif : « la croix de Christ  »
  • Le préalable à la vie ensemble c’est l’éducation personnelle. Comprendre que si je vis, c’est Christ qui vit en moi ; or beaucoup viennent encore par effet d’entrainement.
  • Mourir pour le monde et vivre en Christ, c’est développer le fruit de l’esprit qui nous amène à regarder l’autre comme nous même. C’est cela qui fait disparaitre l’esprit clanique
  • Nous devons revenir à l’enseignement de la parole de Dieu pour un changement vrai et durable.
  • La violence est de rigueur entre nous ; nous luttons les unes contre les autres pour des futilités ; la femme du DUFC a une très mauvaise publicité en matière de comportement : insultes, médisances, disputes, etc.
  • Partager l’amour et amener les gens à transcender les différences.
  • Des formations complémentaires pour expliquer ou commencent et s’arrêtent les droits et obligations de chaque personne.
  • Bannir les groupuscules au milieu de nous qui sont négatifs pour notre vivre ensemble.
  • Eviter les murmures, les critiques désobligeantes ; prier et jeuner afin que le Seigneur change nos cœurs de pierres en cœurs de chairs.
  • Baisser nos doigts accusateurs, nous sommes le corps de Christ et les membres du corps sont complémentaires les uns les autres : c’est la solidarité de corps ; alors en Christ il n y a pas de haine, il y a l’amour.
  • Cultiver l’esprit de pardon, d’humilité et tuer le « moi » Cette phase se termine par un témoignage accablant pour la femme du DUFC.

La diversité ethnique est un problème réel et grave pour laquelle même la parole de Dieu n’agit plus. C’est l’histoire de deux femmes, membres du DUFC mais d’ethnies différentes qui refusent que leurs enfants ne se marient à cause de la différence ethnique. Malgré l’insistance des deux jeunes qui s’aiment véritablement et pour qui la barrière tribale n’est pas un frein à leur union, les parents restent hostiles à leur union.

L e jeune garçon, ne sachant plus vers qui se tourner demande une réunion de famille en vue de plaider sa cause. Au cours de la réunion de famille, le jeune homme prenant la parole, ouvre la bible au livre de Galates 3 :28 ou il est écrit  » qu’il n’y a plus ni juifs, ni grecs, ni esclaves, ni libres, ni hommes ni femmes car tous vous êtes un en Jésus Christ »

Quelle leçon de vie pour ces parents, quelle grande prédication pour ces cœurs endurcis. Nos enfants sont devenus nos éducateurs. Que le Seigneur ait pitié de nous et nous permette de méditer profondément afin de nous laisser modeler par la parole de Dieu. Une participante remercie la Présidente Nationale pour cette causerie. On ressent dans les propos des femmes un besoin en espace d’échange comme celui –ci. Les séminaires de formation devraient être démultipliés à tous les niveaux. Quelques recommandations seront prises dans la Perspective d’une paix durable dans le DUFC.

AUX INSTANCES DIRIGEANTES DU DUFC

  1. Multiplier les séminaires pour renfoncer les capacités des femmes sur les questions de paix afin que cela devienne une réalité dans le DUFC.
  2. Organiser des séances de prières pour nous et pour les problèmes qui minent notre société.

AUX PARTICIPANTS :

Au sortir de cette causerie, les participants doivent s’engager à être des ambassadrices de paix afin que l’harmonie cesse d’être des mots, mais des réalités visibles dans le DUFC, dans nos familles, dans nos lieux de service et même dans notre société .

Quatre prières seront élevées à Dieu pour clôturer cette causerie :

  • Prier afin que le Seigneur tout puissant prenne le contrôle des élections pour que tout se passe dans la paix.
  • Que le Seigneur nous aide à corriger tout ce qu’il a mis à nu au milieu de nous aujourd’hui.
  • Prier pour les pays en conflit ou en guerre afin que Dieu intervienne pour y mettre fin.
  • Prier pour que la femme du DUFC apprenne à vivre dans la paix pour la gloire de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *