Travaux
septembre 11, 2017
Évaluation des projets revue
septembre 11, 2017

Les violences sexuelles se sont accrues

Les résultats de l’enquête menée par Oxfam dans la province du Sud Kivu ont de quoi choquer : près de 60% des victimes de viols ont été agressées par des hommes armés et plus de la moitié des attaques ont eu lieu au domicile des victimes.

Par ailleurs si en 2004, seul 1% des violences sexuelles étaient commises par des civils, quatre ans plus tard, c’est près d’un tiers des viols qui leur étaient attribués.

Une augmentation qui prouve selon les enquêteurs que le viol s’est banalisé pendant les années de guerre au Congo. Alors que les Nations Unies discutent actuellement du calendrier de retrait des quelques 22.000 casques bleus de RDC, Oxfam avertit dans son rapport que compte tenu du niveau d’insécurité, il est impératif que les soldats de la paix restent dans le pays.

L’ONU a régulièrement soutenu les efforts visant à neutraliser les rebelles liés au génocide du Rwanda de 1994, mais lors de ces offensives, selon Oxfam, les femmes sont encore plus vulnérables.

Car rebelles et soldats gouvernementaux utilisent le viol comme une véritable arme de guerre, laissant leurs victimes à la fois traumatisées et stigmatisées. Plus de la moitié des femmes interrogées par l’ONG ont attendu plus d’un an avant de se faire aider -une démarche d’autant plus difficile qu’un seul hôpital dans la province offre un soutien aux victimes de viols. Pour Oxfam, il est donc essentiel que les pays riches aident la RDC à accroitre son offre médicale pour traiter les conséquences ravageuses des violences sexuelles.

Le besoin est là : selon l’ONU, plus de 5000 personnes ont été violées au Sud Kivu l’année dernière.

Source : Bbc afrique, 15 avril 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *