Un échange entre l’Est de la RDC et la Casamance/Sénégal
septembre 11, 2017
20 au 25 Octobre 2008
septembre 11, 2017

Bukavu, juin 2009

Introduction

Rapport de l'atélier 4 : Bukavu, juin 2009

Le Service Civil pour la Paix (SCP) en RDC existe au niveau de EED depuis les années 2004/2005 quand les premières professionnelles sont arrivées, depuis fin 2005 un noyau d’accompagnement multiculturel a été mis en place avec une coordination locale basée à Kinshasa. En 2006 le premier atelier de réseautage entre organisations partenaires et professionnels a eu lieu. Jusqu’à ce jour SCP/EED est dans le cadre SCP le seul programme qui réunit des partenaires à l’Est et à l’Ouest de la RDC (les Nord et Sud Kivu, Maniema, Katanga, Bas Congo, Kinshasa). AGEH et Eirene travaillent essentiellement à l’Est du pays dans les deux provinces kivutiennes.

Nous avons donc utilisé l’occasion de cette quatrième rencontre du réseau pour faire un bilan sur l’utilité et la nécessité de cette initiative devenue une action. Le contexte congolais et sous régional continue de mettre les acteurs de paix devant des défis énormes : la sécurité des populations est loin d’être assurée dans un certain nombre de provinces, les services de l’Etat ne fonctionnent pas encore de façon tangible, les infrastructures ne permettent pas encore une liaison facile entre les différentes parties du pays, la situation économique des populations ne s’est pas sensiblement améliorée depuis 2005, alors que les sols et sous-sols congolais regorgent de richesses et enfin la fragmentation entre les différentes régions et communautés du pays reste grande.

Au vu de tous ces défis le réseau SCP/EED peut se féliciter d’avoir pu réaliser quatre rencontres riches d’échanges et de leçons dans différentes parties du pays, d’avoir créé des liens bilatéraux et multilatéraux entre les membres du réseau, d’avoir ouvert le réseau en invitant des partenaires et professionnels de AGEH et Eirene aux rencontres. Sur la base d’une vision de paix élaborée ensemble les partenaires SCP ont saisi et créé des opportunités multiples de mieux se connaître et de mieux se renforcer mutuellement. La reconnaissance du fait que le travail de paix est un effort de longue haleine et peut se faire de façons multiples et constitue une véritable mosaïque a donné de l’espoir et de l’énergie aux uns et aux autres.

Rapport de l'atélier 4

Le travail d’accompagnement du réseau en RDC mais aussi des réseaux dans d’autres pays est reconnu comme utile et essentiel par les premiers concernés sur le terrain, mais également par les bailleurs et autres partenaires.

Notre série de brochures « Construire la Paix » et notre site web www.peaceworkafrica.org permettent de capitaliser les avancées et de les rendre accessibles à d’autres acteurs. Le fait que nous avons reçu un certain nombre de demandes d’adhésion de la part d’acteurs de la société civile est un signe clair de l’utilité de notre travail.

Au niveau interafricain les premiers pas se font pour un échange entre acteurs SCP de différentes régions (Sierra Leone, Liberia, RD Congo, Burundi, Rwanda, Cameroun). Nous nous efforçons régulièrement d’approfondir ensemble le concept de paix et les répercussions sur le travail quotidien.

La quatrième rencontre a en plus du bilan mis en avant trois éléments essentiels :

  • l’échange sur l’analyse du contexte, les chocs que nous avons vécu, nos peurs et nos espoirs
  • le travail de plaidoyer, instrument incontournable pour un travail de paix durable
  • le rôle et la place des Eglises dans le travail de paix en RDC

Le premier point a été travaillé par zone d’intervention et en croisant les regards. Il a comme toujours permis d’élargir le cadre de réflexion des uns et des autres et de gagner un tout petit peu plus d’assurance et de maîtrise sur ce qui nous entoure.

Le deuxième point a été travaillé par les participants sur base de leurs expériences et avec des inputs des facilitateurs. En guise d’application pratique, la visite du responsable régional du Ministère Allemande de la Coopération Economique (BMZ), monsieur Daniel Braun, accompagné de la chargée de développement à l’Ambassade Allemande à Kinshasa, madame Elke Stumpf, a permis aux participants de présenter leur travail et leurs préoccupations majeures.

Le troisième point avait été mis à l’ordre du jour suite à une demande des organisations congolaises liées aux Eglises et a été préparé ensemble dans le réseau et une Journée ouverte de réflexion avec des invités (responsables des Eglises, députés nationaux issus des Eglises, etc.) a été animée par les membres du réseau CEFORMAD, RIO et le CCEF.

La présence de nos collègues du siège de EED, Clara Fernandez-Ortiz et Oliver Maertin, a encouragé les membres du réseau et a permis de clarifier un certain nombre de points dans le vécu de la coopération. Nous avons beaucoup appris et comme à chaque fois apprécié de nous retrouver ensemble pour nous renforcer les uns, les autres. Merci à tous, courage dans le travail et à nous retrouver bientôt !

Flaubert Djateng Christiane Kayser Marie José Mavinga Août 2009

1. Objectifs de l’atelier

L’atelier du Bukavu était divisé en deux temps, une première partie avec tous les membres du réseau et dont les objectifs était les suivants :

Faire le point sur le processus SCP/EED en RDC et accueillir les nouveaux membres Partager les expériences de plaidoyer Promouvoir le réseautage Définir les prochaines étapes Une deuxième partie avec des invités représentant les structures des Eglises, en RDC avec comme thème « Le rôle des Eglises dans la construction de la paix »

2. Notre Processus SCP

De Kinshasa en mars 2006 jusqu’en juin 2009 à Bukavu en passant par Goma en 2007 et 2008, le processus SCP est passé par plusieurs phases, des hauts et des bas, de nombreux moments de production et de nombreuses réalisations. Un regard rétrospectif a permis de prendre conscience du parcours jusqu’ici réalisé. Au niveau analytique, nous avons un concept du SCP construit avec la participation de tous les membres du réseau. Un papier stratégique pour la RDC dans le cadre des Grands Lacs validé par le Ministère Allemand de la Coopération Economique (BMZ) a permis d’avoir une base commune pour tous les efforts des opérateurs SCP allemands (AGEH, EIRENE, EED). Une vision du SCP en RDC existe, elle sert d’orientation pour l’accompagnement stratégique des membres du réseau, le suivi des activités et la capitalisation des acquis. (Pour ces documents reproduits dans les brochures SCP voir www.peaceworkafrica.org)

Au niveau pratique, les documents conceptuels produits servent de repères pour le travail quotidien. L’analyse du contexte, le travail pour plus d’impact, la collaboration interculturelle, le teambuilding, les questions de sécurité, la définition de la paix dans chaque contexte et la valorisation de notre contribution à la paix ont été thématisés de manière concrète par et pour tous les membres du réseau. L’analyse du type de contrat entre les partenaires impliqués dans le processus SCP a été une occasion pour les organisations d’accueil et les professionnels de clarifier les différents rôles, rôle du professionnel, rôles des organisations d’accueil et de proposer un rôle pour le responsable de l’organisation d’accueil, pour le personnel et pour le noyau d’accompagnement.

Au niveau de la capitalisation, les instruments comme le site Web, les rapports de nos rencontres et les 3 brochures (Démystifier l’Impact, Coopération Interculturelle, Notre Contribution à la Paix) ont facilité la communication non seulement entre nous mais aussi avec des travailleurs de paix hors du réseau. Ils ont valorisé notre travail auprès de nos partenaires internationaux (EED, BMZ) africains (acteurs SCP en Sierra Leone et Liberia, acteurs des sociétés civiles au Cameroun, au Sénégal, etc.) et congolais. Ces traces de nos réflexions et activités nous servent de mémoire mais ont également attiré l’attention d’autres acteurs sur notre travail.

Ce processus à travers son réseautage a produit au niveau des membres une solidarité dans des moments difficiles (tremblements de terre à Bukavu, mouvements des troupes vers Goma, Rébellion du Bundu Dia Kongo, etc.) et donne un espace de collaboration avec les autres opérateurs (AGEH, EIRENE). Avec ces acquis, il a été facile pour le réseau d’établir un lien avec la Mano River Région (concrétisation de la coopération sud-sud) et de soutenir le lancement du programme SCP au Cameroun. Ce dernier cas promet d’être une expérience unique de prévention dans le réseau SCP.

Cliquer ici pour télécharger le document complet sur format PDF

Fait à Bukavu, Vendredi 19 juin 2009
Le Comité Organisateur élargi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *