RDC : Protection International crée des Comités Locaux de Protection Communautaire des défenseur.e.s au Nord Kivu et Sud Kivu.

Photo de famille de la Tribune d'Expression populaire à Goma Juillet 2021
RDC : Les jeunes et les forces de l’ordre prêts pour un cadre permanent de dialogue.
août 25, 2021

RDC : Protection International crée des Comités Locaux de Protection Communautaire des défenseur.e.s au Nord Kivu et Sud Kivu.

24 défenseurs des droits humains des provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu à l’EST de la République Démocratique du Congo(RDC) s’engagent à travailler en synergie. Ces défenseur.e.s vont promouvoir et défendre la protection collective et communautaire des défenseur.e.s des droits humains et des victimes des violences sexuelles dans ces provinces.  Pour cela, deux comités locaux de protection communautaire (CLPC) sont instaurés à Kiwanja dans le Nord-Kivu et à Baraka dans le Sud-Kivu.

La vie des défenseur.e.s des droits humains n’est pas aisé en RDC. Voici le témoignage de Jonas Pandasi, défenseurs des droits humains et membre du CLPC Kiwanja: « En tant que défenseurs lorsque nous dénonçons les cas de violations des droits humains, nous avons toujours été victimes de ceux-là qui se sentent concernés—parfois, nous recevons de menaces et d’intimidations tout simplement parce que nous défendons nos droits »

Près de 25 ans, les défenseurs des droits humains œuvrant à l’Est de la République démocratique du Congo font face à de multiple risques et menaces en raison de leur combat contre l’impunité. Dans la province du Nord-Kivu et plus précisément dans le territoire de Rutshuru par exemple, des acteurs de la société civile font de plus en plus face à de cas kidnapping et des viols lorsqu’il s’agit des femmes et jeunes filles défenseures. Dans leur mission de défendre les communautés locales, ils sont exposés à plusieurs défis d’ordre sécuritaire, socio-structurel, économique et politique qui non seulement entravent leur travail de promotion de droits humains mais nuisent également à leur efforts d’engagement citoyen et de démocratisation.  

En réponse à ces défis, depuis janvier 2021, les équipes de Protection International, une organisation internationale membre du réseau Service Civil pour la Paix (SCP/RDC) travaillent d’arrache-pied pour autonomiser les acteurs de la société civile. Cela pour qu’ils soient adéquatement eux-mêmes capable de développer des stratégies préventives et de gestion des risques liés au contexte de leur travail de plus en plus pollué par des atrocités des groupes armés.

Pour cela, après la création et installation des CLPC Kiwanja et Baraka, Protection International a organisé des sessions de formation de quatre jours pour renforcer les capacités des 24 défenseurs dont 12 femmes et 12 hommes sur la protection, le plaidoyer, la résolution pacifique des conflits ; le genre et la masculinité positive.

Ces formations ont permis aux participants d’acquérir des nouvelles connaissances sur la sécurité physique du défenseur, l’analyse du contexte, la gestion des risques et des menaces ; l’élaboration d’un plan de sécurité, etc. En plus de l’intégration genre, ils ont été outillés sur les actions de plaidoyer au niveau local, national et international mais également à la résolution pacifique des conflits.

La mise en place de ces comités locaux de protection communautaire dans le Territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) et Baraka (Sud-Kivu) s’inscrit dans le cadre du projet « Promouvoir la protection collective et communautaire des défenseur.e.s des droits humains et des victimes des violences sexuelles au Nord-Kivu et Sud-Kivu, en RDC », un projet financé par Pain pour le Monde (PPLM) à travers le programme Service Civil pour la Paix (SCP). Dans le cadre de ce projet, PI formera des points focaux qui formeront d’autres défenseurs des droits de l’homme sur les droits de l’homme et la protection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *